L’impact du rang de naissance

Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •   

Cette semaine, abordons le 3ème chapitre du livre de la Discipline Positive: le rang de naissance. En effet, la place d’un enfant dans sa famille participe à la construction de sa logique interne, de son style de fonctionnement.

Dans l’article précédent, nous avons vu l’importance du besoin d’appartenance de l’enfant. Et, dans une fratrie, la plupart des enfants pensent que pour appartenir à la famille, ils doivent se différencier des autres. De fait, on a remarqué que les enfants d’une même famille ont souvent des caractères très différents, alors que les enfants du même rang partagent beaucoup de traits communs.

Pourquoi est-ce important?

Reconnaître l’impact du rang de naissance permet de faire le tri entre ce qui est positif, comme vouloir retrouver sa place d’aîné, et ce qui ne l’est pas, comme des comportements inappropriés pour y arriver.

De plus, les frères et sœurs ont tendance à se comparer et, lorsque l’un d’eux est compétent dans un domaine, les autres vont réagir de 4 manières différentes:

  • S’illustrer dans un autre domaine
  • Entrer en compétition pour faire mieux que l’autre
  • Se rebeller ou se venger
  • Se désengager, par crainte de ne pas être à la hauteur

Etre conscient de ces 4 choix possibles permet de mieux comprendre le comportement de nos enfants et de mieux les aider à le corriger, lorsqu’il est inapproprié.

Fratrie
Photo credit @Clément Ghides

Quelle influence sur les traits de caractère?

Sans vouloir généraliser, on peut observer des traits de personnalité similaires en fonction du rang de naissance.

Les aînés

On les reconnaît facilement comme étant responsables, leaders, autoritaires, perfectionnistes, critiques, conformistes, organisés, aimant la compétition, indépendants, prudents et plutôt conservateurs, ayant une tendance à protéger les autres, voire à les diriger. A l’arrivée du 2ème, un aîné pense que celui-ci est le préféré et s’imagine devoir être le meilleur ou le premier pour compter aux yeux de ses parents.

Les benjamins

Dès que l’on pense au “petit dernier”, on pense “chouchou”. Beaucoup sont très gâtés et ont tendance à user de leur charme, au risque de manipuler, pour obtenir ce qu’ils veulent. Ils sont dans une situation plus confortable que les autres car ils n’ont pas de rivaux directs. Ils sont souvent créatifs et aiment s’amuser. Leur plus grand risque est d’interpréter la vie comme injuste lorsqu’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent. Souvent trop protégés, ils ont du mal à être autonomes et attendent d’être assistés dans ce qu’ils entreprennent. Parfois, ils attendent qu’on agisse à leur place.

Les cadets, enfants du milieu

De par leur position, ils ont l’impression d’être coincés au milieu de leur fratrie, sans les privilèges des aînés ni les avantages des derniers. Leur interprétation erronée de cette situation est que pour exister, ils doivent être différents. Ils seront soit super-performants, motivés par les plus âgés, ou sous-performants, convaincus qu’ils ne pourront jamais rattraper leur modèle. Habitués à partager l’attention, ils sont plus faciles à vivre, empathiques envers ceux qu’ils perçoivent comme différents. Ils sont de bons pacificateurs, appréciés pour leur sympathie et leur compréhension. Ils sont aussi plus ouverts d’esprit que leurs aînés.

Les enfants uniques

Ils seront moins perfectionnistes que les aînés parce qu’ils n’auront pas de pression d’un plus jeune pouvant mettre en péril sa position privilégiée. Ils apprécient et recherchent la solitude, vu qu’ils sont habitués à être seuls, ou, à l’inverse, craignent l’isolement. Le fait d’être unique peut revêtir plus d’importance que le fait d’être le premier.

D’autres facteurs d’influence

Le genre

Deux  enfants de sexe différents peuvent se considérer chacun comme des aînés dans les responsabilités assignées à leur genre.

L’écart d’âge

Des frères et sœurs ayant un écart de plus de 4 ans sont susceptibles de développer des caractéristiques d’aînés ou d’enfants unique, parce qu’ils s’influencent moins et se sentent moins en concurrence.

Les échanges de rôle

Les enfants échangent parfois les caractéristiques liées à leur ordre de naissance. Un cadet peut, à force de persévérance, dépasser son aîné et un aîné, se sentant détrôné, peut abandonner son rôle.

L’atmosphère familiale

Une famille dans laquelle règne la compétition va accentuer les différences de comportements, alors qu’une famille centrée sur la coopération aura tendance à les estomper.

Faire “avec” et non faire “pour”

Beaucoup de parents sont persuadés que surprotéger leurs enfants est le meilleur moyen de leur témoigner de l’amour. D’autres raisons qui peuvent justifier la surprotection sont:

Surprotection

  • La facilité
  • Le besoin de se sentir indispensable
  • La croyance que c’est ce qui est attendu d’un bon parent
  • L’envie de ne pas reproduire certains schémas
  • La pression des proches

En voulant faciliter la tâche à nos enfants, nous les privons de la possibilité de s’entraîner à devenir autonomes. Pour éviter de tomber dans ce piège, donnons du temps aux apprentissages de la vie quotidienne. Ainsi, ils pourront développer leur confiance en eux et leur sens de la responsabilité.

Quel est le lien avec l’éducation bienveillante?

Cette rapide analyse des ordres de naissance permet d’être attentif à la position de chacun et à faire en sorte de créer une atmosphère de coopération dans laquelle chacun trouve sa place et développe ses capacités. Soyons attentifs à:

  • Ne pas surprotéger nos enfants
  • Apprendre aux aînés à bien vivre la défaite
  • Aider les cadets à se sentir moins à l’étroit
  • Entrer dans le monde de chaque enfant avec empathie et compassion

Lorsque j’ai lu ce chapitre sur le rang de naissance pour la 1ère fois, je l’ai trouvé très utile, ne fut-ce que pour mieux me comprendre moi-même. Je suis une aînée et je suis restée enfant unique pendant plus de 7 ans. Je me suis assez bien retrouvée dans le profil décrit plus haut. J’ai aussi lu que les couples avaient tendance à se choisir en fonction de leur place dans la fratrie: un aîné choisira un benjamin ou vice-versa et les cadets ont tendance à se choisir également. Je n’échappe pas à cette règle car mon mari est un … benjamin 😉

Pour l’instant, n’ayant qu’un seul enfant, cette analyse me permet uniquement d’observer ma fille évoluer en tant qu’aînée. Mais connaître ces spécificités me permettra de faire attention à certains signaux lorsque nous déciderons d’agrandir la famille, auxquels je n’aurais pas forcément fait attention sans cette lecture. J’ai également lu, ailleurs, que l’enfant qui a le même sexe et la même position que nous dans la famille, est celui qui nous “challengera” le plus.

Et chez toi, comment ça se passe? Est-ce que ces descriptifs font écho en toi ou pas du tout? N’hésite pas à donner ton avis en commentaire.

La semaine prochaine, nous parlerons des comportements inappropriés.

Et n’oublie pas, les parents parfaits n’ont pas d’enfants 😉

Ludivine

 

Source: la Discipline Positive, de Jane Nelsen

  • 3
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Reçois gratuitement l'ebook "Comment devenir un parent bienveillant"