3 habitudes indispensables pour être zen en famille

Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •   

Oui, tu as bien lu les mots “zen” et “famille” dans la même phrase! Cela te semble-t-il relever de l’impossible? Est-ce que pour toi, la famille, c’est avant tout des pleurs, des crises, des disputes… bref, tout sauf paisible?

Dans cet article, je te propose de découvrir 3 habitudes qui vont t’aider à retrouver un peu de calme et de sérénité dans ta famille. Tu es impatient de les découvrir? Alors, c’est par ici que cela se passe.

Famille zen

Cet article participe à l’évènement “3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien” du blog Habitudes Zen. J’apprécie beaucoup ce blog, et mon article préféré est celui-ci.

Le temps de pause

Il s’agit d’un outil du livre “La Discipline Positive” de Jane Nelsen, dont je résume les chapitres sur mon blog. Tu peux d’ailleurs lire le premier résumé ici. Mais revenons au temps de pause. C’est un outil qui permet de rester zen lorsqu’une crise éclate. Incroyable, non? Tu as sûrement remarqué que lorsque tu es énervé, en colère, tu es dans l’émotionnel et plus dans le rationnel. En langage scientifique, cela signifie que ton cerveau reptilien a pris le dessus sur ton cortex préfrontal, et là, tu ne peux plus raisonner! Ce qui veut dire qu’il est impossible, à ce moment précis, de mettre fin à la crise de ton enfant de manière bienveillante. Tu risques juste de péter un plomb, surenchérir, punir mais rien de tout cela ne sera productif et surtout, aucune leçon ne pourra en être tirée.

pause

Le temps de pause est un peu comme un ‘temps mort’, une bouffée d’oxygène dans un tourbillon émotionnel. On s’éloigne pour se recentrer, se reconnecter à soi et prendre des décisions disons… socialement acceptables. 😉 Il est tout à fait personnel et ta manière de faire un temps de pause sera différente de celle de ton conjoint, ton ami, et de ton enfant. Car oui, tout le monde peut faire un temps de pause, ton enfant y compris! Pour te permettre de retrouver ton calme, tu peux t’éloigner pour boire un grand verre d’eau froide, faire une mini-promenade dans ton jardin, te défouler sur ton oreiller, t’asseoir dans ton endroit préféré de la maison… C’est à toi de trouver ce qui te convient le mieux.

Attention, faire un temps de pause ne veut pas dire pratiquer la politique de l’autruche. L’idée n’est pas de s’éloigner et de faire comme si de rien n’était. Une fois que le débordement a eu lieu et que chacun a pu se recentrer, on s’oriente vers la réparation. L’important est de ne pas parler ou prendre une décision sous le coup de l’émotion.

Age minimum requis

Un enfant peut tout à fait comprendre et pratiquer le temps de pause dès qu’il commence à parler et très certainement à partir de 3 ans. Si l’on décide de l’appliquer, mieux vaut lui expliquer le principe en dehors d’un temps de crise, pour qu’il comprenne ce qu’il se passera. S’il n’y arrive pas, on l’anticipe en discutant avec lui de ce dont il aurait besoin quand il est énervé, pour l’aider à se calmer.

Mise en place d’un temps de pause

  • Discuter en famille: on prend un temps en famille pour discuter du temps de pause et de ses nombreux bienfaits. Si chaque membre de la famille y a recours en temps de crise, l’enfant ne l’associera pas avec une punition. En effet, s’il est le seul à s’isoler pour prendre un temps de pause, il aurait alors un effet aussi néfaste que le ‘coin’.
  • Choisir son temps de pause: chacun choisit sa manière de vivre son temps de pause, le but étant de se sentir mieux avant d’agir. J’ai déjà donné quelques exemples plus haut, mais n’hésite pas à laisser libre cours à ton imagination. Tout est permis, ou presque 😉
  • Parler de l’après temps de pause: on insiste sur le fait que le temps de pause est une étape intermédiaire entre le moment où la crise a lieu et le moment où l’on va chercher ensemble des solutions pour réparer l’erreur. Eviter de réagir à chaud, ce n’est pas être laxiste, mais se donner le moyen de pouvoir tirer des leçons de ce qu’il s’est passé et aller de l’avant.

Les rituels

Voici un deuxième outil qui va rendre ta vie de famille plus paisible: les rituels. Mettre en place des rituels est rassurant et sécurisant pour l’enfant. En effet, il a besoin d’un cadre bienveillant pour grandir et se développer. Je préfère parler de rituels plutôt que de routines, car je trouve le mot plus positif, moins étouffant. Les routines me font un peu penser à l’armée, et le but n’est pas de restreindre l’enfant, mais de lui donner un fil conducteur, pour que l’enchaînement d’actions à réaliser se passe le plus sereinement possible. Avec un cadre trop large, l’enfant se perd. En revanche, dans un cadre trop serré, il ne peut pas s’épanouir. En mettant en place un rituel, on aide l’enfant à visualiser toutes les étapes de l’action qu’il est en train de réaliser. Cela lui permettra de mieux se repérer, de savoir ce qu’il a déjà fait et ce qu’il lui reste à faire.

Ces habitudes de vie, à force d’être répétées, s’intègrent dans sa façon de vivre et petit à petit, l’enfant trouvera normal de suivre son rituel, parce que tous les soirs, c’est pareil. Il appréciera aussi, de temps à autre, des soirs un peu différents, un peu ‘spéciaux’, parce qu’il pourra aller se coucher plus tard, rester plus longtemps dans le bain, ou encore aller dormir chez ses grands-parents. Mais, puisque le rituel sera bien ancré, il pourra y revenir plus facilement.

Un exemple de rituel

Prenons le moment du coucher. Tu es en fin de journée, fatigué, et tu n’as qu’une envie: profiter un peu de ta soirée avant d’aller te coucher. Mais tu redoutes ce moment car tu sais qu’il peut s’éterniser… Je te conseille alors de tester le rituel du coucher. Pour que ton enfant soit plus coopératif, n’hésite pas à l’impliquer dans la mise en place du rituel. Si tu tapes ‘rituel du soir’ sur Google, tu trouveras facilement de très jolies fiches illustrées que tu pourras personnaliser, imprimer et découper avec ton enfant, pour qu’il intègre le processus.

Voici un exemple de rituel du coucher/du soir/du sommeil:

  • Boire un peu d’eau
  • Aller faire pipirituel du soir
  • Se mettre en pyjama
  • Se brosser les dents
  • Se laver le visage et les mains
  • Mettre la couche
  • Lire une histoire
  • Faire un bisou à papa et/ou maman
  • Éteindre la lumière

J’ai pris l’exemple du rituel du soir, mais tu peux décliner le concept à volonté! Le rituel du matin, du bain, du rangement de sa chambre, …

Les moments pour soi

moment pour soiTu peux trouver cette habitude zen un peu surprenante, voire déroutante. Avoue que tu ne l’as pas vu venir 😉 Et pourtant, comme j’aime le répéter, “charité bien ordonnée commence par soi-même”. Si tu veux que ta famille soit plus zen, il faut que toi-même, tu le sois.  Tu es un modèle pour ton petit imitateur d’enfant. Tu ne le remarques peut-être pas, mais il est pire que Big Brother! Il t’observe dans les moindres détails 😉 Rassure-toi, il est tout à fait normal et c’est d’ailleurs en t’observant qu’il se construit et structure son monde.

Je te l’accorde, prendre du temps pour soi en tant que parent, c’est une mission assez ambitieuse! Mais quand on veut, on peut 🙂 J’ai moi-même fait l’erreur de me faire passer au second plan, en me rendant disponible pour les miens mais pas pour moi. Je me disais que je pouvais gérer, que je n’avais pas besoin de vie sociale parce qu’être avec ma fille me suffisait, mais je me trompais. Il m’a fallu du temps pour l’admettre, sans culpabiliser. Et depuis, je me suis organisée pour refaire un peu de sport, participer à l’une ou l’autre conférence (sur l’éducation bienveillante, of course ;)), prendre un lunch avec une amie.  Et franchement, cela me permet d’être plus zen, plus détendue et au final, c’est tout mon entourage qui en bénéficie. Alors, pourquoi ne pas essayer?

J’espère que tu te sens déjà un peu plus zen après avoir lu cet article et que tu vas pouvoir tester au moins une des 3 habitudes chez toi. N’hésite pas à me partager tes résultats, et à me dire si tu connais d’autres astuces pour une vie de famille zen. Je serai ravie de les connaître!

Et surtout, n’oublie pas que les parents parfaits n’ont pas d’enfants! 😉

Ludivine

  • 9
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Reçois gratuitement l'ebook "Comment devenir un parent bienveillant"